L'oubli : ami ou ennemi ?

 
 
 
 

VENDREDI 16 OCTOBRE A LA MEDIATHEQUE SAMUEL BECKETT (SERIGNAN) : " L'OUBLI : AMI OU ENNEMI ?"

 
 

L’OUBLI : AMI OU ENNEMI ?

 

PRESENTATION DU SUJET

    « Comme le dit si bien le regretté Paul Ricoeur dans son beau livre : « La mémoire, l’histoire, l’oubli », nous sommes troublés               par « l’inquiétant spectacle que donne le trop de mémoire ici, le trop d’oubli ailleurs, pour ne rien dire de l’influence des                       commémorations et des abus de mémoire – et d’oubli. ». Cette inquiétude s’applique aussi bien sans doute au plan collectif de          notre histoire qu’à celui de notre expérience individuelle. Trop se souvenir ou trop oublier semblent en effet avoir des conséquences     dommageables... Mais doit-on opposer la mémoire et l’oubli ? L’un peut-il en réalité exister sans l’autre ?  Le nécessaire travail      de mémoire n’implique-t-il pas aussi de savoir séparer le monde des morts et le monde des vivants, pour que la vie s’affirme au           dépens du « ressassement » du passé ? S’il y a des formes pathologiques d’oubli, n’y a t-il pas en revanche des oublis salutaires et     curatifs ?. Quelle serait la politique d’une « juste mémoire » qui saurait s’écarter à la fois d’une mémoire obsessionnelle de toujours     la même chose, et de l’oubli négligent de celui qui « ne veut pas savoir » ? 

    Daniel Mercier

 

ECRIT PHILO : se rapporter au texte du sujet "A quoi sert l'oubli ?"